Retour

La riposte de la nouvelle finance

Epargne solidaire | 26/04/2016

La nouvelle finance est aujourd’hui en forte progression et cela n’est pas surprenant dans le contexte actuel qui rend ce type d’épargne concurrentiel face à l’épargne traditionnelle. En effet, avec l’actuelle faiblesse des marchés financiers et les taux d’intérêt au plus bas, les rendements traditionnels sont amoindris et plus incertains. L’épargne responsable, participative et solidaire, avec ses niveaux de rémunération, les avantages fiscaux qu’elle peut procurer et son accessibilité croissante, est aujourd’hui une alternative crédible aux placements traditionnels. Il est donc aujourd’hui possible de concilier placement utile et placement rentable.

Une période de troubles pour l’épargne traditionnelle

L’environnement économique et financier actuel restreint les rendements de l’épargne traditionnelle. D’une part, la faible croissance mondiale, les prix du pétrole atones et les inquiétudes quant à la santé économique des grands pays émergents entretiennent un climat financier peu propice aux rendements et à la stabilité des investissements. D’autre part, la politique actuelle de la Banque Centrale Européenne (BCE) pour relancer l’activité économique, met également en difficulté les rendements des placements financiers. En effet, la politique de quantitative easing, qui consiste en des rachats mensuels d’actifs par la BCE, entraîne un fléchissement des rendements d’obligations et titres de qualité, composantes importantes des fonds d’assurance-vie. Leur taux devrait passer sous la barre des 2% en 2016. De plus, avec un taux de rémunération des dépôts négatif et, depuis début mars, un taux de refinancement nul, les rendements des produits financiers proposés par les banques sont historiquement faibles. Le livret A classique affiche un taux de 0,75% depuis août 2015, un plus bas jamais atteint.

Ainsi, les rendements des produits financiers traditionnels sont réellement amoindris, à tel point qu’une part croissante des particuliers ne placent plus leur épargne et préfèrent l’immobiliser sur leur compte courant non rémunéré. Face à cette épargne traditionnelle en difficulté, la nouvelle finance est susceptible d’offrir de nouvelles perspectives aux investisseurs désorientés ou tout simplement déçus par l’utilisation de leur épargne.

Une épargne utile avec des bénéfices financiers et éthiques

Face à ces rendements traditionnels à leur plus bas niveau depuis plusieurs années,  l’investissement responsable, participatif ou solidaire présente de multiples options pour placer son épargne en ayant également un impact sociétal positif.

  1. Les rendements de l’épargne solidaire

L’épargne solidaire peut tout d’abord être rentable à travers les livrets qui prévoient un mécanisme de partage, c’est-à-dire que 25% à 100% des intérêts sont reversés à l’économie sociale et solidaire ou aux ONG de votre choix. Le rendement net moyen est légèrement supérieur à celui du livret A classique et l’épargnant bénéficie également d’une réduction d’impôts allant de 66% à 75% du montant de ses dons, limitant ainsi la perte de rendement. Par exemple,  le livret Jeune Agir du Crédit Coopératif offre un rendement net de 2,10%, permettant donc de développer son épargne tout en partageant le fruit du placement en faisant don d’une fraction des intérêts annuels (50, 75 ou 100%) à l’une des associations suivantes : Action contre la Faim, Fondation Energies pour le Monde, France Nature Environnement (FNE), Habitat & Humanisme, Handicap International, Ligue des Droits de l’Homme ou encore SOS Villages d’Enfants.

Il existe également quelques contrats d’assurance-vie solidaires dont la rémunération est séduisante. La performance moyenne est de 2,5% net et peut aller jusqu’à 3,20% comme le propose le contrat d’assurance vie CARAC Entraid’Epargne, qui reverse 1 % de chacun des versements sur la garantie à une association reconnue d’utilité publique.

Il peut être aussi intéressant de souscrire des actions non-cotées qui permettent de financer des sociétés à fort impact sociétal c’est à dire avec un effet positif sur l’environnement, l’intégration sociale ou l’entrepreunariat. Elles permettent le versement de dividendes allant de 0% à 2% et donnent de plus droit à une réduction de l’impôt sur le revenu à hauteur de 18% des sommes investies.

Pour finir, les fonds d’investissements sont des produits importants de l’épargne solidaire car les entreprises ont l’obligation de proposer au moins un FCPE solidaire dans l’ensemble des fonds offerts dans les Plans d’Epargne pour la Retraite Collective (PERCO) et les Plans d’Epargne Entreprise (PEE). Ces fonds intègrent des critères extra-financiers, de nature environnementale, sociale et de gouvernance, dans leur décision d’investissement. Ils consacrent en effet 5 à 10% de leurs encours de financement dans des entreprises appartenant à l’économie sociale et solidaire. Ils proposent en général des rendements financiers équivalents à ceux des fonds classiques mais grâce à cette double approche, la vraie valeur ajoutée de ces fonds réside dans leur performance éthique, c’est à dire un rendement social ou environnemental.

        2. Les rendements du crowdfunding

Les rendements, lorsque vous investissez votre épargne dans le financement participatif, sont très variables selon le niveau d’implication choisi. Prêter aux PME via la finance participative, moyennant des intérêts, est un moyen intéressant de faire fructifier son épargne face aux rendements amoindris de la finance traditionnelle. Le crowdfunding via le prêt avec intérêt permet en effet d’espérer des rendements de 7,2% en moyenne et qui peuvent atteindre jusqu’à 12%. Toutefois, si ces rendements sont attractifs, ils reflètent tout de même le risque que comportent les projets c’est-à-dire la possibilité que l’emprunteur ne puisse pas rembourser les fonds prêtés.

Le second moyen dont disposent les épargnants pour faire prospérer leur épargne par le crowdfunding est de souscrire à une partie du capital d’entreprises à forte valeur ajoutée sociale ou environnementale. Ces entreprises sont amenées potentiellement à connaître une croissance exponentielle. Cette option reste une des plus rentables à long terme grâce aux éventuels dividendes et à la potentielle réévaluation des parts pouvant avoir lieu parallèlement à la croissance de l’entreprise. De plus, les versements d’un investisseur au capital d’une entreprise, réalisés par le biais d’une plate-forme de financement participatif, donnent droit à une réduction de l’impôt sur le revenu à hauteur de 18% des sommes investies.

Face à des produits d’épargne traditionnels à rendements quasiment nuls aujourd’hui, le crowdfunding peut être une solution rentable, plus ou moins risquée selon le niveau d’investissement choisi.

ES

Ainsi, dans ce contexte d’épargne traditionnelle en difficulté, la nouvelle finance peut apporter des solutions intéressantes pour les particuliers souhaitant faire fructifier leur épargne. Au-delà d’un rendement financier, elle offre aux épargnants la possibilité d’avoir un impact éthique positif et de participer à la transition vers une économie plus pérenne.


Pour en savoir plus, retrouvez :

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.