Retour

#3 La mixité en entreprise : l’expérience de Sodexo

Dans ce troisième et dernier volet en collaboration avec Ferri Gestion (Amazone Euro Fund), le focus est mis sur l’engagement de Michel Landel pour une meilleure représentation des femmes au sein de Sodexo. En effet, la mixité des équipes de l’entreprise lui a permis, à terme, de jouir d’un meilleur taux de croissance.

L’exemple de Sodexo

Après trente-cinq ans passés chez Sodexo, dont les douze dernières années comme directeur général, Michel Landel a tiré sa révérence début 2018, laissant un groupe de 20 milliards d’euros de chiffre d’affaires, international et rentable. Ce que l’on sait moins, c’est que ce discret patron a été un défenseur infatigable de la mixité dans l’entreprise.

Avant de quitter la direction, il a d’ailleurs pris une dernière décision emblématique de son engagement en faveur d’une meilleure représentation des femmes aux postes de responsabilité. Depuis septembre 2017, les 300 top managers du groupe ont vu une part de leur bonus (10%) indexée sur la réalisation d’un objectif ambitieux : atteindre 40% de femmes parmi les 1400 senior managers dans le monde d’ici à 2025 – elles sont aujourd’hui environ 32%.

Une politique volontariste

Fixer des objectifs chiffrés, et au-delà démontrer l’intérêt pour l’entreprise de faire toute leur place aux femmes : telle a été l’obsession de Michel Landel, intimement convaincu du sujet, par expérience personnelle. Nommé responsable de l’Amérique du Nord en 1989, il se familiarise aux politiques de diversité anglo-saxonne. Il éprouve aussi toute la difficulté de gérer sa carrière, son épouse devant renoncer à son job pour le suivre aux Etats-Unis.

En 2009, quatre ans après sa nomination à la tête de Sodexo, il lance une « gender strategy« . A l’époque, les femmes ne représentent que 17% des seniors managers. Un conseil consultatif de 35 personnes (SWIFT pour Sodexo Women’s International Forum for talent) est mis sur pied ; il reporte au comité exécutif et se voit charger de promouvoir une meilleure représentation des femmes. A l’origine exclusivement féminin – « au départ, il a fallu travailler dur pour convaincre les femmes senior managers », confie Rohini Anand, global chief diversity officer – ce comité SWIFT est désormais mixte. Il a impulsé de nombreuses initiatives – amélioration des procédures de recrutement et promotion, création de réseaux internes, mentoring, programmes de sponsorship, etc. « Dans un premier temps, nous avons mis en place des politiques pour aider les femmes, pour faire en sorte qu’elles aient autant d’opportunités que les hommes dans l’entreprise », explique Rohini Anand. Identifier les bonnes pratiques et les décliner dans toutes les activités et tous les pays représente un sacré défi. « Se donner les moyens d’une exécution vigoureuse », a toujours été le leitmotiv de la direction.

Les équipes mixtes surperforment

En 2014, Sodexo innove de nouveau en produisant la première étude sur l’impact économique de la mixité des équipes. Menée auprès de 50 000 managers dans 90 entités, l’étude s’intéresse à la performance des équipes selon qu’elles sont mixtes – entre 40 et 60% d’hommes et de femmes – ou pas. Les résultats sont sans appel: marge brute, croissance interne, engagement des collaborateurs, sur tous ces points les équipes mixtes surperforment. « Cela nous a permis de démontrer que la mixité était favorable au business », souligne Rohini Anand. Un business case dont Michel Landel est depuis longtemps convaincu : « 60% des diplômés de l’enseignement supérieur sont des femmes et 70% des décisions d’achat sont prises par des femmes« , rappelait-il en octobre 2017 au Women’s Forum à Paris.

En 2017, le conseil d’administration de Sodexo comptait déjà 50% de femmes, un an avant l’échéance de la loi Coppé-Zimmermann. Aujourd’hui il en compte 54% et 6 régions sur 12 sont dirigées par des femmes.

Des études d’impact éloquentes

Avant de quitter Sodexo, Michel Landel a voulu s’assurer que l’entreprise ne pourrait plus reculer. « Il y a toujours un risque de revenir en arrière, il faut continuer à investir sur le sujet même dans les périodes difficiles. Il faut absolument que le top niveau soit moteur et montre que la mixité reste prioritaire, déclarait-il encore en octobre 2017 à L’Express. Ne jamais s’arrêter. »

Une deuxième étude a été réalisée en 2017 sur l’impact de la mixité afin de démontrer la pertinence de l’objectif de 40% de femmes parmi les seniors managers en 2025. Les résultats confirment la surperformance des équipes mixtes en matière de croissance de marge brute (8 points d’écart) et d’engagement des collaborateurs (12 points d’écart). L’étude révèle aussi pour la première fois l’impact en termes de réduction des accidents du travail – une priorité de l’entreprise sur laquelle les équipes mixtes creusent l’écart (12 points) avec les équipes non mixtes. Et enfin, elle montre que la capacité à fidéliser employés et clients est aussi bien meilleure dans les équipes mixtes.

« Aujourd’hui la prise de consciente est faite et nous avons atteint une masse critique, se félicite Michel Landel. Avec de bons objectifs et de bons programmes, nous y arriverons. » Nul doute que la nomination voilà deux ans de Sophie Bellon à la tête du conseil d’administration garantit aussi que le sujet ne tombera pas aux oubliettes. D’autant que la politique en faveur des femmes enclenche un cercle vertueux : « elle pousse tous les sujets de diversité et d’inclusion », souligne Michel Landel, qui continue à travailler pour la cause : administrateur de l’ONG Catalyst aux Etats- Unis, il est aussi sponsor personnel de l’Observatoire de la Mixité en France. Un engagement total !
(Source : l’Express Expansion, 23 janvier 2018)

Sodexo remporte le prix Gold Class du Sustainability Yearbook 2018 de RobecoSAM.
Pour la onzième année consécutive, Sodexo a été classé meilleur acteur de son secteur pour ses résultats en matière de responsabilité d’entreprise, avec un score de 78% – quand le score moyen de son secteur est de 39%.
« Cette récompense est le reflet de l’engagement de Sodexo à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies lesquels sous-tendent la feuille de route de Sodexo en matière de Responsabilité d’entreprise » indique le groupe.

Les actionnaires ne regrettent pas que le groupe se soit engagé en faveur de la mixité dans ses équipes de direction : Sur les 12 dernières années, du 1er mars 2006 (date de lancement du fonds Amazone) au 1er mars 2018, le cours de Sodexo est passé de 35,81€ à 101,20€, multiplié par 2,83, tandis que le CAC 40 ne progressait que de 1,78% (5112 au 01/03/2006- 5203 au 01/03/2018).

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Nous utilisons sur ce site certains cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, d'autres cookies permettant d'améliorer votre expérience sur notre site, ou qui nous sont utiles pour vous proposer de la publicité ciblée adaptée à vos centres d'intérêts ainsi qu'à réaliser des statistiques. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus

Accepter