Retour

L’impact investing ou comment changer le monde avec la finance

La crise financière de 2008 a eu de nombreuses conséquences tant sur le plan économique que sur le plan social. Cette crise a conduit de nombreux foyers à la faillite et a donc eu pour conséquence une baisse de confiance envers le système financier et les différents produits de la finance. A cet effet, les fonds et les compagnies désirent de plus en plus rendre le système financier transparent et encourager l’investissement. Par ailleurs, les Etats, mettent en place certaines mesures afin de favoriser l’investissement social: la Grande Bretagne offre par exemple des allègements fiscaux de 30% aux entreprises investissant dans le social.  Ainsi, les gouvernements ainsi que de nombreux fonds institutionnels se sont tournés vers l’impact investing ou l’investissement à impact social.

 

Qu’est-ce-que l’impact investing ?

Défini  en 2007 par la fondation Rockefeller puis adopté par le  Global Impact Investing Network (GIIN), le terme impact investing désigne des investissements qui ont pour but de générer un impact social ou environnemental positif en plus de l’apport financier. En effet, l’impact investing vient réfuter les idées traditionnelles selon lesquelles les problèmes sociaux et environnementaux ne doivent être résolus que par les dons philanthropiques et, que les marchés financiers doivent se focaliser exclusivement sur le rendement financier que génèrent les investissements. En ce sens, Thierry Deheuvels, président du comité d’investissement d’Aviva Impact Investing France affirme que « nous pouvons changer le monde si l’on revient à objectif premier de l’entreprise : faire du profit oui, mais comme un outil et non pas comme un but ». En effet, l’impact investing offre des opportunités variées et viables aux investisseurs qui leur permet de générer des profits financiers tout en apportant des solutions aux problèmatiques sociales et  environnementales contemporaines.

Par ailleurs, le marché de l’impact investing est évalué à 77,4 milliards de dollars par le GIIN et est en pleine expansion. Selon le rapport publié en 2014 par le Social Investment Taskforce, Impact Investment : The invisible Heart of Markets, les marchés de capitaux vont de plus en plus considérer les 3 dimensions « risques, profits et impacts » au lieu de se concentrer juste sur le « risque, profit » comme critères d’investissement. Ainsi, de plus en plus de fonds prennent en considération l’impact social et environnemental que génèrent leurs investissements. Aussi, une étude réalisée par la TIAA (Teachers Insurance and Annuity Association of America), entreprise d’assurance et de Fonds de placement américaine, montre que 64% des personnes interrogées montrent un intérêt pour l’investissement responsable, l’investissement qui est en corrélation avec leurs valeurs personnelles et les problématiques sociales. Alors, de plus en plus d’individus manifestent un intérêt pour la finance ayant pour but de générer un retour financier tout en ayant un impact social et environnemental positif.

Toutefois, l’un des défis majeurs de l’impact investing est de répondre aux incertitudes des investisseurs à propos de l’équilibre des risques, des profits et spécialement des impacts. En effet, de nombreux investisseurs soutiennent qu’investir dans l’impact investing signifierait sacrifier une partie de son profit. Cependant,  les partisans de l’impact investing expliquent que pour la majeure partie des cas étudiés, la performance  du portefeuille atteint largement voire excède les attentes des investisseurs tant pour l’impact positif généré que pour les retours financiers. Nancy Pfund, fondatrice et managing Partner de DBL Partners, confirme qu’il est possible de faire de l’impact investing sans qu’il n’y ait de sacrifice. En effet, elle souligne que l’impact investing conjugue la finance traditionnelle à l’impact social : elle permet la maximisation du profit tout en encourageant les progrès sociaux et économiques dans les régions et secteurs d’investissement.

Les avantages de l’impact investing

Tout d’abord, l’impact investing permet de faire face à de nombreux défis environnementaux, sociaux et économiques. Les effets sociaux et environnementaux de l’investissement sont aussi importants que les rendements financiers. Ainsi, l’impact investing permet de trouver des solutions à des problèmes tels que le changement climatique, la pauvreté ou la faim dans le monde. En ce sens, en 2015 44,4% des fonds générés par l’impact investing ont été distribués en Afrique. Pour exemple, Investisseurs et Partenaires est un ensemble de fonds entièrement dédié à l’Afrique qui a permis la création de nouveaux emplois et donc, a contribué à la lutte contre la pauvreté et l’émergence d’une classe moyenne, en finançant des entreprises africaines responsables, à forte valeur ajoutée locale et capables de développer une activité rentable et durable.

Par ailleurs, même si son but premier n’est pas de défendre les droits humains, l’impact investing permettrait de promouvoir les investissements qui affirment les droits humains comme l’accès au logement, à la santé, etc. En ce sens, la Facilité Internationale de Financement pour la Vaccination (IFFIM) est une entreprise britannique qui émet des bons sur les marchés financiers grâce à l’engagement pluriannuel de plusieurs Etats ; ces fonds levés par l’IFFIM sont reversés à GAVI (Global Alliance for Vaccines and Immunization) pour permettre le financement de vaccination dans les pays en voie de développement. L’IFFIM a donc pu récolter 3,4 milliards de dollars qui ont permis à GAVI de pouvoir doubler le financement des programmes de vaccination.

Enfin, les partisans de l’impact investing soutiennent que le changement social doit être une priorité pour parvenir à rendre le futur meilleur. De nombreux penseurs expliquent que l’entrepreneuriat social est l’un des meilleurs moyens à utiliser pour y arriver: il permet le financement direct de l’innovation sociale et environnementale. Ainsi, Aviva Impact investing France, en partenariat avec le comptoir de l’innovation a permis le financement des entreprises de l’Économie Sociale et Solidaire à hauteur de 30 millions d’euros. C’est au total plus de 170 entreprises qui ont été soutenus en France grâce à l’impact investing, 2000 emplois créés et plus de 100 millions d’euros levés.

 

« L’impact investing est une réalité économique, à mi-chemin entre la philanthropie et l’investissement socialement responsable (ISR). C’est une économie positive qui crée de l’emploi grâce à des entreprises inclusives et durables. Et le mouvement, de fait, est appelé à grandir au vu de l’accroissement des inégalités et du changement climatique. » Ces propos de Nicolas Hazard, le président du Comptoir de l’innovation et de Aviva Impact Investing France,  annoncent des lendemains heureux pour l’impact investing.


Retrouvez notre article sur l’investissement responsable, un choix d’avenir.

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.