Retour

Le crowdfunding au service de l’éducation

L’étude réalisée par l’UNEF, le syndicat étudiant, met en évidence l’augmentation du coût de la vie étudiante. D’après l’étude menée par le syndicat, le coût de la vie étudiante augmente de 1,23% pour la rentrée 2016. Cette augmentation favoriserait le creusement des inégalités en France et accentuerait la précarité déjà existante. Aussi, seuls 28% des étudiants bénéficient de la bourse dont le montant maximum mensuel est inférieur au seuil de pauvreté, ce qui est naturellement insuffisant pour vivre décemment. Le financement des études devient un véritable casse-tête pour les étudiants et leurs parents. De nombreuses solutions pour aider au financement des études se sont ainsi développées comme les bourses publiques et privées, l’aide au mérite, le sponsoring ou encore le job étudiant. Le crowdfunding, qui permet aux particuliers ou aux entreprises de faire financer leurs projets, s’est ajouté à cette liste de possibilités offertes aux étudiants.

En effet, le financement participatif est un moyen de financement complémentaire qui donne à des porteurs de projets l’occasion de réaliser leurs idées. De jeunes penseurs ont profité de cet engouement pour le financement participatif afin de soutenir les étudiants qui cherchent à financer une partie de leur quotidien ou leurs projets.

Tout d’abord, certaines plateformes donnent aux étudiants l’occasion, à travers un mode de financement alternatif et solidaire, de réaliser des projets de toutes sortes. Pour exemple, Eduklab a permis le financement de 55 projets étudiants pour un montant total de 148 704 euros. Cette plateforme permet aux particuliers de faire des dons avec contreparties à des étudiants qui souhaitent réaliser un projet ou financer leurs études. Vous pouvez ainsi aider Manon à devenir ambassadrice au Moyen-Orient, ou  Ambre à financer ses études en cinéma d’animation et bien d’autres projets originaux. Ensuite, StudentBackr, une autre plateforme de crowdfunding aide « les étudiants à faire de leur projet d’étude une réalité ». La spécificité de cette plateforme réside dans sa règle du « keep it all », qui permet aux porteurs de projet de recevoir le montant collecté même si l’objectif n’est pas atteint. Jean Michel a fait appel au public par le biais de la plateforme pour financer son MBA et avoir les outils nécessaires pour créer son robot et son entreprise.

Par ailleurs, certaines plateformes offrent aux étudiants l’opportunité d’avoir accès au prêt qui leur est souvent refusé par les banques. Edukys est une plateforme de crédit entre particuliers, qui propose aux prêteurs une rémunération jusqu’à 7%. La plateforme vous permet de prêter à des étudiants entre 20 et 1000 euros par projet pour ensuite recevoir chaque mois le remboursement du prêt (capital et intérêts). La plateforme a mis en place un fonds de protection pour limiter le risque des prêteurs et compenser tout ou partie des pertes en capital en cas de défaillance du porteur de projet. Enfin, Studylink aide les  étudiants dans le financement d’une partie ou l’intégralité de leurs études en fixant le taux d’intérêt maximum, en plus du montant à récolter. Les prêteurs choisissent ainsi l’étudiant qu’ils souhaitent aider et définissent le montant et le taux qui leur convient dans la limite du taux maximum défini par l’étudiant.

Les plateformes de financement participatif viennent donc répondre à un besoin croissant de financement des étudiants. Ce nouveau mode de financement permettra donc à de nombreux étudiants de pouvoir continuer leurs études et d’arriver à faire face à la hausse du coût de la vie étudiante.


Retrouvez notre article sur l’entrepreneuriat féminin

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.