Retour

Jeux de sociétés et financement participatif

Les jeux de sociétés connues aussi sous le nom “Board Game” en anglais sont dans la tendance du moment. Grâce aux financements participatifs, les petits particuliers ainsi que les professionnels peuvent proposer et vendre leurs jeux avant même que ceux-ci soient produit.

Un financement croissant depuis 2009

Prenons pour exemple le jeu de cartes « Exploding Kittens ». En un peu moins de 20 minutes leur jeu avait déjà atteint les dons espérés s’élevant à 10 000€. Désormais son financement a atteint la somme de 8 782 571 $ avec plus de 219 382 donateurs sur la plateforme Kickstarter. Grâce à ça ils ont leur propre site internet et vendent leur jeu de société. Quant au donateur, en fonction de sa contribution et de la nature du projet, il peut recevoir le jeu chez lui, avoir une figurine à son effigie ou encore avoir un personnage portant son nom.

infographie(L’évolution du financement participatif des jeux de sociétés depuis 2009)

De plus, les jeux de sociétés ont récolté 6 fois plus d’argent que les jeux vidéo sur la plateforme de crowdfunding kickstarter. Cependant nous pouvons observer qu’une partie des jeux de sociétés, sont créés à partir de jeux vidéo. Parmi eux, Dark Souls, qui est un jeu vidéo du type Action-RPG (jeu vidéo de type jeu de rôle).  Par ailleurs, si vous allez sur la plateforme kickstarter et que vous classez les projets par « les plus financés », vous y retrouvez de nombreux jeux de plateau. Tels que Conan, Rising Sun, Tides of Numenera, Bones.

L’engouement est tellement important que certains sites, font des listes sur les projets qui ont le plus financement et ou qui sont les plus appréciés. Le site Boardgamelink en fait parti et liste les meilleurs jeux de plateau en attente de financement.

La valeur ajoutée du crowdfunding pour les designers

Au moyen du crowdfunding, les petits créateurs peuvent financer leur projet. Ils peuvent se lancer seuls dans l’aventure en finissant le graphisme, lancer la production et la distribution.

Certains se sont fait un nom dans le monde du jeu. Grâce aux financements de plusieurs jeux sur les plateformes de financement participatifs la société « la boîte de jeux » a pu augmenter son chiffre d’affaires.  Benoît Bannier est l’un des gérants de la maison d’édition, il s’est exprimé sur le sujet au journal les échos :

« Après avoir essayé le circuit classique, le financement participatif m’a permis de passer d’une société qui vivotait en travaillant les soirs et les week-ends à une société qui compte deux salariés, bientôt trois, et qui génère près de 1 million d’euros de chiffre d’affaires. »

Olivier Laffont un designer qui a crée archelogia la patate d’or a été interviewé par Libération. Il exprime l’idée que le financement participatif permet d’éviter de faire un emprunt (souvent difficile à obtenir).

«Avec les banques, c’est très compliqué d’avoir un financement, même pour un petit budget de 10 000 € comme ce qu’il me fallait. Et c’est mieux d’éviter un emprunt bancaire qui peut s’avérer désastreux et mettre dans le rouge.»

Créer une communauté autour du jeu de société

Il certifie également que le lancement d’un jeu sur des plateformes de crowdfunding permet de créer une communauté autour de ce jeu.

«On fidélise immédiatement des joueurs, ajoute-t-il. Les pledgers [contributeurs] deviennent les ambassadeurs du projet et se sentent impliqués par leur mise. Cela crée une communauté qu’il faut faire vivre en communiquant énormément sur les réseaux sociaux.»

En effet, ces nouveaux créateurs de jeux, sont souvent novices dans la communication. Il faut savoir que les porteurs de projets qui communiquent régulièrement avec les donateurs génèrent en moyenne 126 % de fonds en plus. Pour l’univers des jeux de plateau, il faut convaincre un public spécifique avant et après la mise en ligne du projet au travers des salons, groupes Facebook et associations. Malgré tous les efforts qu’ils peuvent fournir, certains jeux ne pourront jamais être créés.

Les plateformes de crowdfunding ne sont pas seulement utiles pour lancer son projet en solo. Pour ceux qui ne souhaitent pas le faire, ils peuvent démontrer aux maisons d’éditions que leur projet peut être un succès. En effet, le nombre de donateurs et les sommes versées peuvent convaincre que leur projet génèrera du chiffre d’affaires.

Les deux rôles que jouent les plateformes de crowdfunding

Selon l’article de fivethirtyeight, les plateformes de crowdfunding jouent deux rôles :

  1.    Tester les marchés des jeux de sociétés

Au lieu de lancer un nouveau produit sur le marché par le circuit traditionnel et voir si le public est réceptif à ce marché. Elles prennent la place traditionnelle du lancement de produit et du cycle de fabrication. Les designers de jeux peuvent effectivement tester leur idée, faire de l’audience et voir si les personnes sont prêtes à acheter ce jeu avant même que celui-ci soit fabriquer et lancer. Elles sont donc un moyen de minimiser les risques.

  1.    Démocratisation des designers de jeux de sociétés

La procédure typique pour lancer un nouveau jeu est qu’un designer vienne pitcher son idée auprès d’éditeurs de jeux. Comme pour les auteurs de livres et les éditeurs. Il est très difficile d’attirer l’attention d’un éditeur quand celui reçoit des dizaines de livres par jours. Pour les jeux de plateau la difficulté est la même. Il est très difficile de se faire remarquer par un éditeur et ainsi le convaincre de produire son produit. Les plateformes de crowdfunding permettent au créateur de lancer leur jeu sans passer par la case éditeur. Ce qui veut dire que désormais d’avantages d’idées voient le jour.

Comme nous avons pu le constater, il y a un détournement des plateformes de crowdfunding. Elles sont désormais utilisées pour lancer un produit. Les « game board » en sont un très bon exemple. Les designers de jeu l’utilisent comme jauge, comme banque et comme réseau sociaux.

Pour les éditeurs, les plateformes de financement sont un moyen de dénicher de bonnes idées. Et de pouvoir faire un partenariat avec les particuliers. En outre, ils peuvent profiter de ces plateformes (kickstarter), pour jauger la qualité d’un produit tout comme les particuliers. Et lancer un produit sans vraiment l’avoir mis sur le marché. La nouvelle utilisation des plateformes de crowdfunding donne une nouvelle vie aux jeux de société. C’est également une nouvelle manière de faire de la publicité.

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.