Retour

Interview de la CIGALES Les P’tites Graines

Epargne solidaire | 07/11/2016

Novafi participe à la semaine de la finance solidaire, en partenariat avec Finansol pour vous éclairer sur l’usage des fonds alloués à l’épargne solidaire. Nous publions chaque jour l’interview d’un bénéficiaire – associations, porteurs de projet, entreprise de l’économie sociale ou solidaire –  ou d’un acteur de la finance solidaire, situé en France ou dans les pays en développement.

Aujourd’hui nous allons à la rencontre de la CIGALES les P’tites Graines pour en apprendre plus sur le mouvement des GIGALES. Découvrons comment l’épargne solidaire contribue à la réalisation des projets soutenus par l’association.

1) Qu’est-ce qu’une CIGALES?

Une CIGALES est un groupe de 5 à 20 personnes regroupées en un Club d’Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l’Epargne Solidaire. Elle mobilise l’épargne de ses membres dans le but de soutenir financièrement la création ou le développement d’entreprises par de l’apport en fonds propres. Le mouvement des CIGALES s’inscrit dans le champ de l’économie solidaire et sociale (ESS) par la voie des finances solidaires.

La durée d’engagement des cigaliers est de 5 ans pour la période d’activités de la CIGALES, souvent jusqu’à une petite douzaine d’années (depuis la création) pour récupérer les derniers fonds investis. Chaque CIGALES est autonome dans son organisation interne – dans le respect général de la Charte des CIGALES et des statuts-types proposés par la Fédération des CIGALES.

2) Quels sont les principales activités d’une CIGALES?

Une CIGALES tient jusqu’à une dizaine de réunions par an regroupant ses membres, au cours desquelles est fait un point sur le montant de la collecte et, les dossiers d’entreprises qui demandent un soutien financier sont étudiés. Après avoir sélectionné les projets à soutenir, les principales activités de la CIGALES sont :

– Le suivi et l’accompagnement de chacune des entreprises dans lesquelles elle a investi durant en général 5 ou 6 ans

– Après la fin de la période d’activités de 5 ans, les réunions s’espacent puisque la CIGALES ne fait plus qu’accompagner et suivre les entreprises dont elle sortira au fur et à mesure des échéances prévues au départ avec chacune.

– Lorsque la CIGALES n’a plus aucun investissement en « portefeuille », elle peut être dissoute.

Au-delà de ces activités principales (financement et suivi d’entreprises), chaque cigalier peut bien entendu s’impliquer bénévolement, plus ou moins, selon ses souhaits, dans le développement du mouvement des CIGALES.

3) Quels sont les impacts sociaux et économiques de l’association?

Les CIGALES sont l’une des rares possibilités qui vous permettent de contribuer via de l’apport en fonds propres au financement des TPE. Il s’agit d’un investissement « patient » puisque l’engagement de rester au capital des sociétés est d‘au moins 5 ans.

Par ailleurs, les CIGALES visent avant tout la pérennité des entreprises qu’elles financent. Une CIGALES  prend en compte non seulement le secteur d’activités visé, mais aussi le « statut personnel » des porteurs de projets, notamment des profils que des financeurs plus « classiques » regardent parfois avec méfiance: seniors, femmes, jeunes, handicapés, demandeurs d’emploi, titulaires des minimas sociaux, personnes d’origine étrangère parlant mal le français,etc. Les CIGALES regarderont surtout l’adéquation de la personne et de ses compétences avec son projet de création d’activités. Souvent, les TPE qui sollicitent les CIGALES n’ont pas d’autres moyens de boucler leur plan de financement.

L’apport d’une ou plusieurs CIGALES peut également permettre un « effet de levier » permettant de convaincre un banquier d’accorder un prêt bancaire. Toute entreprise ayant ainsi bénéficié de ce « financement solidaire » des CIGALES rentrera, par ce biais, elle aussi, dans le champ de l’ESS.

4) Quelles sont vos réalisations, pouvez-vous nous donner des chiffres clés?

En Ile de France (IDF), aujourd’hui, une quarantaine de projets sont étudiés par an par la trentaine de CIGALES simultanément actives. Entre le quart  et le tiers seront financés au terme d’un processus d’étude et d’accompagnement du porteur de projet pouvant parfois durer plus d’un an. Le montant d’investissements global varie entre 40 et 80 000. Depuis le 14 juillet 1983, bientôt 250 entreprises, dont plus de la moitié existent encore, auront été financées par les quelques 130 CIGALES ayant existé ou existant encore en IDF. Selon les chiffres de l’INSEE, le  taux de pérennité des entreprises « cigalées » est supérieur à la moyenne de toutes les entreprises.

5) Comment intègre-t-on une CIGALES?

Il faut déjà avoir eu connaissance de l’existence de l’outil « CIGALES », ce qui n’est malheureusement pas le cas de tout le monde. Toute personne qui  contacte l’association régionale (AR) des CIGALES d’IDF  est invitée à une réunion d’information « épargnants potentiels », où, sur un format de 2 h environ réunissant jusqu’à 20 personnes, elle bénéficiera d’une présentation du mouvement. Au final, chacun est invité à exposer ses attentes et son positionnement.

Vous pourrez alors rentrer dans une CIGALES ayant déjà quelques années de fonctionnement ou encore rejoindre une CIGALES en création ou  récemment créée.

Les motivations des cigaliers pour participer à une CIGALES sont extrêmement diverses et peuvent varier non seulement d’une CIGALES à l’autre, ce qui fait la richesse du mouvement CIGALES.

 

6) Pouvez-vous nous parler du mode de sélection des projets?

Le choix des projets peut intervenir à deux niveaux. Précisons d’abord que les CIGALES d’IDF ont la chance de bénéficier d’un « outil » mis en place par l’Association Régionale (AR), la « bourse aux projets ».

L’Association Régionale centralise les demandes des porteurs de projets souhaitant être financées par les CIGALES, et organise tous les 2 ou 3 mois une rencontre entre des représentants des CIGALES d’IDF et des porteurs de projets ayant déposé leur dossier de demande de financement précédemment. L’AR, en recevant tous les dossiers, vérifie 3 critères: le statut juridique de l’entreprise, l’adéquation du projet avec la charte des CIGALES, la localité francilienne de l’activité ou du siège social.

Lorsque ces 3 critères sont remplis, l’AR envoie tous ces dossiers à une commission composée de bénévoles cigaliers qui sera en charge d’en sélectionner 8 pour la Bourse Aux Projets.

Ensuite, chaque CIGALES est autonome dans ses choix d’investissement comme dans son organisation interne. Du coup, un projet sera accepté par telle CIGALES pour exactement les mêmes raisons qui feront qu’une autre décidera, elle, de ne pas y investir. La rencontre entre les cigaliers et les porteurs de projets est à chaque fois une histoire humaine qui rend chaque dossier différent des autres: c’est ce qui est passionnant.

Il faut ajouter enfin que chaque CIGALES peut tout à fait trouver par elle-même des dossiers de projets ou d’entreprises en recherche de fonds, les étudier et les financer, sans se cantonner à l’étude des dossiers qui arrivent par le biais de la bourse aux projets de l’Association Régionale.

7) Que pensez-vous qu’une CIGALES apporte à l’épargnant?

Si l’on cherche cette fois ce que le « mouvement des CIGALES » apporte aux épargnants souhaitant découvrir « l’épargne citoyenne » telle que la conçoivent les CIGALES, on peut exposer quelques faits:

– il n’y a aucun prérequis pour rentrer dans une CIGALES. Les cigaliers sont aussi bien des personnes ayant déjà une expérience du monde de l’entreprise (juristes, banquiers, chefs d’entreprises …) que des personnes en ignorant tout. Ainsi, il existe une mixité sociale et même générationnelle parmi les « cigaliers » (de l’étudiant au retraité).

– Le mouvement des CIGALES est agrémenté en tant que mouvement d’éducation populaire via la mise en place de cycles de formation interne ouverts à tous les cigaliers

– La mise en place d’un « circuit court » entre financeurs et financés, grâce à des relations de proximité (rencontres réelles et non virtuelles) entre les cigaliers et les porteurs de projets puis les dirigeants d’entreprises cigalées. C’est en cela que le mouvement des CIGALES se distingue depuis 1983 du « financement participatif » mis en place par des plateformes internet écloses en nombre depuis quelques années.

– Enfin, un autre point important est la prise de conscience que l’humain doit primer sur le pur élément financier, dans le cadre d’une économie solidaire et sociale.


Retrouvez la fiche sur les CIGALES sur Novafi

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.