Retour

Stratégie ISR : Interview Federal Finance Gestion

Filiale du Crédit Mutuel Arkéa, Federal Finance a été créée, à Brest, il y a plus de 30 ans, et développe aujourd’hui des solutions d’épargne et d’investissement patrimoniales et responsables, conçues pour toutes les conditions de marché.

Quelle est la politique de gestion de Federal Finance Gestion en terme d’ISR ?

Federal Finance Gestion a développé depuis 2000 une politique d’investissement responsable s’appuyant sur 3 piliers : la responsabilité, la performance et la transparence.

La responsabilité est au centre de nos préoccupations : c’est pourquoi nous sommes attentifs, dans le cadre de nos investissements, à nous assurer que les émetteurs garantissent le respect des règles universelles édictées par l’ONU à travers le Pacte Mondial.

La performance est également essentielle à notre politique d’investissement, parce que nous considérons que l’ISR ne doit pas impliquer des rendements moindres. nous nous devons de proposer à nos clients les meilleures solutions d’investissement grâce à l’optimisation du couple rendement/risque. La performance est ici entendue au sens global, c’est à dire que nous prenons également en compte des critères extra-financiers.

La transparence se matérialise à travers la publication de nos engagements ainsi que de nos documents de reporting que nous mettons à disposition sur notre site web. Nos reportings mensuels incluent tout un champ dédié à l’ISR. Nous rendons également publics tous nos processus.

Le taux de sélectivité de notre portefeuille est d’environ 40% ; c’est à dire que, grâce au filtre ISR, nous excluons en moyenne ce même pourcentage d’émetteurs car ils ont obtenu une note qui n’est pas conforme à notre politique d’investissement (c’est-à-dire inférieure à C, sur une échelle allant de A à E). A correspondant aux investissements les plus responsables du point de vue des critères ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance).

Dans notre reporting mensuel, les investissements ont une note ISR allant de A à C, car nous investissons dans les sociétés les mieux notées, c’est-à-dire que nous excluons celles qui sont notées D et E.

Qu’est ce que cela implique concrètement ?

Notre politique d’investissement est également orientée vers une approche best-in-class. En effet, nous investissons majoritairement dans les sociétés qui sont les plus performantes de chaque secteur d’activité d’un point de vue des critères ESG.

Au niveau de notre engagement ISR, nous avons développé une politique de dialogue avec les sociétés. Concrètement, chaque année nous dialoguons avec les sociétés dans lesquelles nous investissons et qui ont une notation extra-financière inférieure à la moyenne de leur secteur. Ainsi, nous leur faisons savoir les meilleures pratiques à adopter afin d’améliorer leur notation ISR à partir des conclusions de nos analystes. Dès lors, nous nous attendons à ce que leurs pratiques évoluent vers davantage de responsabilité afin que nous puissions continuer à travailler ensemble. Nous ne sommes donc pas uniquement des actionnaires de la société mais bien des partenaires avec la volonté d’aider la société à devenir plus responsable du point de vue des critères ESG.  

Que pensez-vous du label ISR public ?

Par rapport au cahier des charges du label Novethic, nous devrons désormais effectuer un reporting renforcé, notamment sur la performance environnementale. Ce reporting ne sera plus uniquement sous forme de notation comme nous le faisons aujourd’hui mais portera sur des indicateurs concrets,   par exemple les émissions de CO2 ou la création d’emplois. Cet aspect plus concret va réellement avoir un impact positif sur le marché dans la mesure où les particuliers auront une meilleure visibilité de l’impact de leur investissement alors qu’une note ISR peut paraître parfois moins accessible aux investisseurs non institutionnels.

Seul bémol, ce nouveau label affichant un taux de sélectivité moindre, il est de fait moins exigeant que le label Novethic.

Que pensez-vous de l’initiative de Morningstar concernant son outil de comparaison de fonds grâce aux critères ESG ?

C’est une bonne initiative. Cela permet aux investisseurs, notamment aux particuliers, de disposer d’une notation indépendante sur la démarche ISR des fonds.

Cependant, ces notations doivent rester indicatives, elles ne peuvent pas être le seul critère dans le choix d’investissement. Cette initiative ne doit pas supplanter les analyses ISR plus pointues qui existent déjà.

Par ailleurs, cela permet également de révéler les fonds ISR « marketing » c’est à dire ceux qui surfent sur la vague de popularité de l’ISR afin d’attirer des clients mais qui ne mettent pas véritablement l’ISR au centre de leurs préoccupations.

Avez-vous constaté un engouement récent pour les fonds ISR ?

Cela fait déjà plusieurs années que l’on observe un engouement pour les fonds ISR. On peut notamment faire référence à la hausse des encours mais aussi à la loi sur la transition énergétique oblige les investisseurs institutionnels à s’intéresser davantage à l’ISR et donc à dédier une partie de leur portefeuille à l’investissement responsable.

Par ailleurs, il existe des classes d’actifs pour lesquelles l’ISR est encore très peu développé comme par exemple les obligations convertibles, domaine dans lequel nous sommes pionniers avec notre société de gestion Schelcher Prince Gestion. Il reste donc un large potentiel de développement actuellement inexploité par l’ISR et qui pourrait permettre d’intégrer les préoccupations liées à l’ISR dans tous les types d’investissement.


Interlocutrice:

Sabrina CADALEN

Responsable de l’ISR

Federal Finance Gestion


 

Pour en savoir plus, retrouvez:

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.