Retour

Interview de Daniel Pouget, gagnant du prix “coup de coeur ESS” du concours Occistart

Le 19 juin dernier a eu lieu la finale du concours régionale Occistart, en collaboration avec le groupe Dépêche du Midi et la plateforme de financement participatif Tudigo (ex Bulb In Town) : 458 porteurs de projet ont eu l’occasion de s’affronter, de se mesurer au vote des internautes ainsi que de se confronter à la fameuse épreuve du pitch devant un jury de professionnels. C’est à cette occasion que Novafi a eu le plaisir de remettre le prix « coup de cœur ESS » à un porteur de projet en particulier, Daniel Pouget et sa Turbo Eolienne : Windyflower. Aujourd’hui, après environ deux mois, nous avons eu l’occasion de revenir avec D. Pouget sur cette victoire. Retour sur une expérience humaine riche en émotions.

A.C : Pouvez-vous nous décrire le projet Windyflower ? Quel problème avez-vous voulu résoudre à travers ce projet ?

D.P : Il s’agit d’un système d’éolienne pour particuliers, c’est-à-dire pour des productions de petites puissances (de 500 watts à quelques kilowatts), et qui je pense présente des intérêts par rapport à des systèmes qui existent actuellement dont j’ai eu connaissance lorsque je me suis installé dans l’Aude, une région ventée qui mérite mieux en ce qui concerne les énergies du vent. Dans cette région les gens connaissent en effet bien le photovoltaïque, mais si on réfléchit, dans une journée de 24h, il y a 12h de nuit durant lesquelles le soleil ne brille pas, alors que le vent, lui, souffle aussi bien le jour que la nuit. Pour moi, l’éolienne est peut-être même plus pertinente pour ce qui est de produire de l’électricité que le système photovoltaïque.

Par conséquent, j’ai été interpellé quand j’ai débarqué dans le sud, il y a à peu près 16 ans, par le fait qu’il n’y ait pas d’éoliennes chez les particuliers. Alors que par contre, j’avais déjà connaissance de grands projets éoliens comme des fermes qui produisent déjà plusieurs mégawatts. Parallèlement, je voyais que chez les particuliers, tout le monde installait des panneaux solaires sur les toits, surtout sur les habitations récentes et naturellement je me suis dit mais pourquoi pas des éoliennes. Et effectivement, en discutant avec les gens, je me suis aperçu que l’éolienne posait des problèmes au niveau technique.

Un problème immédiat est le problème du manque d’esthétisme, c’est vrai que souvent lorsque l’on a une éolienne, elle a trois pales, perchées sur un mât de 12 mètres de haut : on ne peut pas les placer n’importe où. Pour les placer chez soi, il faut des autorisations, je connais d’ailleurs des gens qui ont été obligés de les démonter pour des problèmes de voisinages, parce que ça se remarque. Il y a des nuisances déjà visuelles, ensuite, elles sont bruyantes. Même si ce n’est pas un bruit agressif, c’est un bruit répétitif. Enfin, il y a aussi un problème de coût de maintenance : en général, le vent ne souffle pas de manière régulière, donc en plus du coût d’achat, il y a un coup de maintenance qui est élevé et puis aussi un problème de rendement, il n’est pas tellement bon contrairement aux grosses éoliennes.

A.C : Comment avez-vous réussi à surmonter tous ces problèmes pour pouvoir installer une éolienne chez un particulier ? Quelle est la différence entre votre système d’éolienne pour particuliers et des installations éoliennes traditionnelles ?

D.P : Ca je dirai que c’est une démarche scientifique : s’attaquer à chaque problème et imaginer une solution. C’est vrai que je n’ai pas pondu le système comme ça, j’ai buté sur beaucoup de problèmes à résoudre et petit à petit j’ai trouvé des solutions, j’ai fait beaucoup d’essais, de modifications, jusqu’à converger vers quelque chose qui au final est simple et convienne à la problématique.

Mon éolienne s’apparente à une turbine plutôt qu’à un système à palmes. Je pense que la différence principale avec un système traditionnel c’est que dans mon éolienne, l’air est canalisé. J’utilise le flux d’air pour l’orienter directement vers les pâles de la turbine, ce qui fait que même si le vent est irrégulier, ça ne nuit pas au fonctionnement de l’éolienne, alors que sur une éolienne traditionnelle : s’il y a du vent irrégulier, elle va se mettre à vibrer, on doit alors la bloquer et la mettre en drapeau.


Modélisation 3D de l’éolienne Windyflower


A.C : Finalement, votre projet prône une production électrique domestique. Pensez-vous que cette production domestique représente l’avenir du secteur de production d’électricité en France ?

D.P : Je pense que c’est un système complémentaire. La difficulté de l’autonomie c’est que même avec une très bonne éolienne ou de très bons panneaux photovoltaïques, il faut consommer l’énergie produite en temps réels. On ne peut pas la stocker, sauf si on utilise des batteries de stockage qui ont un coût très important. Il faut donc voir ce système-là comme un complément de production qui est prioritaire par rapport à votre fournisseur, mais qui ne doit pas entraîner la rupture d’un contrat classique.

A.C : Pour en revenir au concours Occistart, rappelons que vous avez été choisi parmi 458 autres porteurs de projets pour remporter le prix « coup de cœur de l’ESS » de Novafi, quel a été votre sentiment à la suite de l’obtention de ce prix ?

D.P : J’ai eu une grande satisfaction car je me suis dit « tiens tu as bien bossé ». Au début je pensais avoir fait une description un peu trop technique, mais malgré ça, vous m’avez retenu. Alors c’est vrai qu’il n’y avait pas de projets vraiment techniques donc je me suis dit que c’était peut-être un atout de présenter un projet qui en tout cas était pour le moins original. J’étais donc agréablement surpris de rencontrer un écho favorable auprès d’un jury autre que le grand public. J’ai eu l’impression que mon idée n’est pas si farfelue que ça, que c’est peut-être une idée d’avenir à développer : cela m‘encourage donc à continuer ce projet.

A.C : Qu’est-ce que vous a apporté ce concours en termes d’aides matérielles ou de renom ? Comment imaginez-vous la suite de Windyflower ?

Cela m’a permis d’avoir des articles de presse, dans l’Indépendant et le Midi Libre, mais aussi et surtout un réel soutien de la part de Tudigo en ce qui concerne le financement participatif : un coach m’a été assigné pour m’aider à mettre en place le projet sur la plateforme. En fait, avant de vraiment créer mon entreprise commerciale ou d’entamer la production, je veux installer un système de démonstration, optimiser un peu aussi les performances du système, les dimensions. Je pense d’ailleurs que je ferai plusieurs gammes d’éoliennes. J’ai donc des essais à faire, choisir aussi des moyens de production, tester aussi sa fiabilité une fois qu’elle sera vraiment exposée aux intempéries. Je préfère donc d’abord installer un système de démonstration et ensuite, trouver des partenaires…

Novafi a donc eu le plaisir d’attribuer le prix « Coup de cœur ESS » et ainsi de soutenir le projet Windyflower : un projet innovant plein d’avenir dans les énergies renouvelables ! Si vous aussi vous avez eu un coup de cœur pour ce projet innovant, participez à sa mise en œuvre via la plateforme Tudigo. Pour plus d’informations, consultez la page facebook de l’éolienne Windyflower.


Retrouvez nos précédents articles sur le concours Occistart :

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.