Retour

La France et les Énergies Renouvelables

Le constat est connu, la France est en retard sur le développement des énergies renouvelables. Avec 15,7% d’énergies renouvelables  dans son mix énergétique, la France est derrière ses voisins allemands (23,3%), italiens (31,1%) et espagnols (30,3%),  sans parler des pays nordiques, très en avance dans leur transition énergétique (Source : Fondation Energies pour le Monde). Les émissions de CO2 de la France sont inférieures à celles de ses voisins car l’énergie nucléaire représente 80% du mix énergétique. C’est sans doute ce choix du tout nucléaire, effectué à partir des années 60, qui explique le retard français dans les énergies renouvelables. Par ailleurs, l’hydroélectricité représente 62,5% de la production d’énergie renouvelable, dont le développement a connu son âge d’or entre 1945 et 1960.

Source   : Fondation Energies pour le Monde

La dynamique d’investissement actuelle nous amènerait à 20% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique en 2020 au lieu des 23% qui correspondent à l’engagement du paquet Energie Climat 2020 de l’Union Européenne et 24% en 2030 alors que l’actuelle programmation pluriannuelle de l’énergie fixe cet objectif à 32%.

La révision de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) doit aboutir d’ici la fin de l’année pour la période 2024-2028. Prévue par la loi de transition énergétique, cette feuille de route fixe, énergie par énergie, les grandes orientations énergétiques. Elle doit notamment éclaircir la position de l’exécutif sur le nucléaire alors qu’en novembre, le gouvernement a décidé de reporter l’objectif de réduire la part du nucléaire à 50 % du mix en 2025. Mais le risque est grand que rien ne soit décidé quant au nombre de réacteurs à fermer puisque l’État entend s’appuyer sur un rapport de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) initialement prévu pour 2018, mais reporté à … 2021.

Les chiffres sont pourtant significatifs : quel que soit le scénario retenu, la France devra être dotée de 13 000 à 17 000 éoliennes, sur terre et en mer, d’ici 2035. Le territoire en compte aujourd’hui 6 500. Une démarche volontariste doit donc être engagée pour l’énergie solaire : il faudrait atteindre une capacité installée de panneaux photovoltaïques comprise entre 36 GW et 48 GW, contre 6,7 GW aujourd’hui.

Pourtant, le potentiel est là. Sur le plan géographique, la France est privilégiée : 2ème gisement de vent d’Europe derrière la Grande Bretagne, 5ème en matière d’ensoleillement, abondante ressource hydraulique, importante surface forestière, et nombreux gisements géothermiques.

Le Syndicat des Energies Renouvelables (SER) déplore régulièrement cette situation. Cependant, lors d’une présentation à la presse, le président du SER, Jean Louis Bal, a étonné en déclarant que les objectifs fixés pourraient être non seulement atteints mais dépassés. Le syndicat a détaillé filière par filière les capacités envisageables et les mesures à mettre en œuvre. Ces calculs aboutissent à un total de 38% de vert dans le mix énergétique.

Source   : Syndicat des Energies Renouvelables

Il rappelle l’engagement du candidat Macron et une demande de longue date des professionnels du secteur, le doublement du fonds chaleur. Le SER rappelle l’efficacité de ce dispositif, qui de 2009 à 2016 a distribué 1,6 milliard d’euros de subventions qui ont permis de substituer quelques 2 millions de tonnes équivalent pétrole.

Une partie du retard est expliqué par l’éolien offshore. Les premiers investissements en France ne devraient être opérationnels avant 2021 pour 3000 MW. Il se pourrait même que ces projets ne voient jamais le jour, du fait de coûts deux fois supérieurs à des projets similaires en Europe du Nord lors des appels d’offres.

C’est sans nul doute dans le gaz que le SER fait preuve d’optimisme, en prédisant 30% de gaz vert en 2030 là où la loi n’en prévoit que 10%. Tout en reconnaissant l’ambition de l’objectif, Jean-Louis Bal souligne qu’il permettrait à un monde agricole en difficulté de trouver une nouvelle source de revenus grâce à la méthanisation.


Comment investir dans les énergies renouvelables ?


Nous avons vu que les fonds publics, sous forme de subventions comme celles du fonds chaleur, avaient un rôle important à jouer dans le financement de la transition énergétique. Néanmoins, ceux-ci seront insuffisants s’ils ne sont pas appuyés par des investissements privés. Les agents économiques à capacité de financement ne dirigent jusqu’à présent qu’une faible partie de leurs investissements vers les énergies renouvelables. Les solutions permettant de le faire ont longtemps fait défaut. Dernièrement, elles se multiplient et offre donc la possibilité aux épargnants de contribuer à la transition énergétique grâce à leur épargne.

C’est précisément le but d’une plateforme comme Novafi de promouvoir ce type d’investissement alternatif, à fort impact. Si vous cherchez à investir dans les énergies renouvelables, Novafi vous permet de comparer les performances des fonds par thématique et nous avons publié en Décembre 2017 un palmarès des meilleurs fonds Énergies Renouvelables dans notre rapport du comparateur de fonds ISR.

Parmi ces fonds énergies renouvelables, les fonds les plus performants en début d’année 2018 sont les fonds FCM Evolution (+4,75%), La Française Lux – Inflection Point Zero Carbon (+2,97%) ou CM-CIC Objectif Environnement (2,42%).

Pour en savoir plus sur les énergies renouvelables, retrouvez nos articles sur la Blockchain et les énergies renouvelables publié en octobre 2017 et le rôle de la nouvelle finance dans la transition énergétique publié en février 2016.

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Nous utilisons sur ce site certains cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, d'autres cookies permettant d'améliorer votre expérience sur notre site, ou qui nous sont utiles pour vous proposer de la publicité ciblée adaptée à vos centres d'intérêts ainsi qu'à réaliser des statistiques. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus

Accepter