Retour

Le financement participatif se développe, mais reste flou pour une partie des français

Il y a à peine plus d’un mois, trois organismes se sont associés pour effectuer une enquête auprès du grand public français. Financement Participatif France, Le Crédit Municipal de Paris et La Banque Postale ont en effet tous trois, par le biais de l’agence d’étude GMV Conseil, interrogé les français sur leur rapport au financement participatif. L’étude, redéfinie “Notoriété et image du financement participatif” est donc menée durant le mois d’avril, sur plus 3 000 sujets, par le cabinet marketing GMV Conseil.

 

Les enquêtés, représentatifs de la population française par l’âge, le sexe, la CSP, et le lieu de vie, font ressortir des résultats encourageants quant à la santé du financement participatif en France, seulement quatre ans après le changement de réglementation qui l’a fait émerger et l’a sécurisé auprès des investisseurs.

 

70% des français sont familiers du Financement participatif

Les chiffres relevés sont plutôt bons : 70% des français auraient ainsi déjà “entendu parler” de ce nouveau mode de financement. De surcroît, 36% connaissent la terminologie britannique liée, le “CrowdFunding”. Une expansion de la notoriété qui n’est pas sans corrélation avec son image, très positive.

 

Ci-dessus, les réponses données sur l’image du financement participatif par les répondants. Nous voyons donc que la perception du CrowdFunding est très positive..

 

Il y a mieux : 68% des français louent le fait de pouvoir soutenir des causes qui leur tiennent à cœur. De même, plus de 6 français sur 10 sont motivés par l’aspect local des projets, l’aide à une entité ou encore la connaissance de l’affectation de son argent. Savoir à qui l’on donne et à qui profite ses économies est une donnée fondamentale pour les participants.

Les chiffres sont encore davantage révélateurs si l’on se concentre simplement sur ceux ayant une expérience du FP. En gardant la même hiérarchie, ils accentuent ces motivations.

 

Le financement participatif, qui a vu naître ses premières plateformes à peine 10 ans en arrière, dispose de chiffres qui vont conforter son statut. La présidente de Financement Participatif France, Stéphanie Savel, se félicite d’ailleurs de ces données :

“On constate que le secteur commence à s’imposer dans l’esprit du grand public qui en a une vision extrêmement positive. Celle ci est tout à fait alignée avec les piliers qui fondent la légitimité des plateformes : accessibilité, transparence, traçabilité”

 

Cette tendance semble aussi s’intégrer parfaitement aux mutations du moment : “Le financement participatif répond aux nouveaux usages de produits et services bancaires” assure Mouna Aoun, Directrice des politiques clientèles Mass Market et spécifiques à La Banque Postale.

 

82% des financements sous forme de dons

Cependant,  des progrès restent encore à faire, les résultats du sondage le montrent aussi. Ainsi, seule 27% de la population serait dans la possibilité de donner le nom d’une plateforme.

De plus, lorsque les personnes interrogées doivent approfondir le sujet, seuls 10% savent réellement ce qu’est le Financement participatif. Un chiffre qui prouve que, malgré le développement rapide, la perception de ce modèle reste vague.

 

16% de la population a effectivement participé à des campagnes de CrowdFunding. L’idée est donc d’aller plus loin qu’une personne sur sept. Puisqu’en plus, l’immense majorité de ces engagements réside dans le don, soit 82% (voir graphique).

 

 

La vision du paysage du financement participatif en France serait donc assez partielle. Quid du financement par prêt (CrowdLending), quid de celui par investissement (CrowdEquity) ? Ce ne sont pas les formes les plus répandues, et les chiffres le confirment. Le taux de personne ayant entendu parler de ces deux formes de financement est encore faible, respectivement 5 et 3% seulement.

 

Le financement participatif n’est pas appréhendé dans sa totalité, et c’est l’un des freins qu’il va falloir éliminer.

 

D’ajout, certains freins à la pratique sont également relevés par cette étude, dont les résultats sont sortis le 15 mai 2018. Le risque de perte financière est évoqué par 66% des sondés, mais également un manque d’incitations fiscales (pour 62% des sondés)

 

Toutefois ces contraintes, notamment par rapport aux motivations, disparaissent en partie lorsque l’on se penche uniquement sur les résultats de ceux ayant déjà fait l’expérience de ce type de financement.

 

Enfin, l’étude accorde une importante place aux perspectives qu’ont les français du financement participatif dans les années à venir.

En effet, ces chiffres sont particulièrement porteurs, puisque 71%, soit plus de deux français sur trois, jugent que le concept se développera dans le futur. Les perspectives de participation future à cette tendance ne sont pas en reste. Quasiment 4 français sur 10 (38% précisément) projettent de participer à au moins une campagne de ce type.

 

Les projets imaginés vont d’ailleurs dans des directions diverses, mais avec l’engagement citoyen et l’utilité toujours au devant de la scène. Ainsi, l’humanitaire (à 46%), l’environement (39%) ou encore la santé et la recherche (31%) sont les grandes thématiques que souhaitent adopter les répondants projetant de participer à ces projets. Mouna Aoun, le résume d’ailleurs très bien :

“C’est cet esprit citoyen qui a fait le succès du crowdfunding”.

 

Que ses acteurs se rassurent, le CrowdFunding a de beaux jours devant lui. Malgré quelques freins et éléments qui ne plaident pas encore sa cause, le financement participatif se développe à vitesse grand V. Les chiffres ressortis de l’étude menée durant le mois d’avril ne font que confirmer cette tendance. Le marché est porteur. Et la barre des 24 000 projets soutenus durant l’année 2017 pourrait bien être largement battue dès 2018.

 

Grâce à Novafi retrouvez la listes des plateformes de financement participatifs soutenant les thématiques favorites des français :

 

Les plateformes permettant de soutenir l’environnement

Les plateformes permettant de soutenir la santé

Les plateformes permettant de soutenir la culture

 

 

Vous pouvez retrouver l’ensemble du rapport de l’étude mené par GMV Conseil

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Nous utilisons sur ce site certains cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, d'autres cookies permettant d'améliorer votre expérience sur notre site, ou qui nous sont utiles pour vous proposer de la publicité ciblée adaptée à vos centres d'intérêts ainsi qu'à réaliser des statistiques. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus

Accepter