Retour

Mieux comprendre comment investir dans l’eau

Ce mercredi 22 mars, à l’occasion de la journée internationale de l’eau dans le monde, Novafi revient sur les différents moyens d’investir durablement dans cette ressource fondamentale.

L’ONU a déclaré que « la planète devrait faire face à un déficit global en eau de 40% » d’ici 2030. Cette crise d’approvisionnement en eau représentait lors du forum économique mondial un des cinq risques les plus importants de notre siècle.

L’eau sera t-elle le pétrole du XXIème siècle ?

Le stress hydrique est aujourd’hui une réalité et une prise de conscience des différents acteurs du marché financier est en train de s’opérer.

Des efforts sont faits dans l’agriculture et l’industrie pour recycler les eaux usées  et l’urgence de l’épuisement de cette ressource naturelle pousse la recherche à développer rapidement des solutions innovantes pour optimiser son utilisation.

Si les investisseurs mondiaux sont encore frileux quant à l’investissement dans ce qu’on appelle désormais « l’or bleu », le marché européen fait figure de bon élève : le chiffre d’affaires lié aux activités hydrauliques augmente chaque année.  Ce marché est aujourd’hui estimé à 500 milliards de dollars sur les 30 prochaines années.

Avec la hausse de la demande en eau, liée à l’expansion des zones urbaines  et à l’accroissement de leurs populations, les villes vont devoir investir non seulement dans la maintenance de leurs infrastructures  mais également dans leur amélioration afin qu’elles soient en phase avec les enjeux mentionnés précédemment.

Pourquoi choisir d’investir dans l’eau ?

Les sociétés possédant une dimension environnementale ou sociale connaissent une forte croissance. La perspective environnementale actuelle oblige la société à prendre conscience de la nécessité d’investir dans les « fonds verts ». L’eau constitue un composant majeur de cette nouvelle tendance et on peut imaginer que sur le long terme de belles opportunités seront à saisir en ce qui concerne la chaîne de valorisation de l’eau.

D’après l’étude de l’eau de la société RobecoSAM, le TCAM (taux de croissance annuel moyen) du marché de l’eau serait de l’ordre de 5 à 6 % sur les cinq années à venir.

Daniel Wild responsable de la recherche et développement des investissements durables chez RobecoSAM indique que :

« La rareté de l’eau a atteint un point tel que le coût de la non-résolution des problèmes a dépassé le coût nécessaire à sa résolution. De plus, le marché regorge actuellement de liquidités et les investisseurs sont à l’affût d’opportunités offrant à la fois des retours importants et des risques contrôlés. Deux critères qui caractérisent les investissements dans le secteur de l’eau, et notamment dans les infrastructures liées à l’eau ».

De tels investissements devraient susciter l’intérêt des investisseurs dans la mesure où les premiers nommés pourront se révéler rentables. Une ressource qui devrait prendre de la valeur, une demande croissante, des processus de production à repenser et des usages à optimiser peuvent former une recette intéressante pour élaborer de nouveaux business model dans l’industrie hydraulique. Certains fonds ne s’y trompent pas et investissent de manière conséquente dans le secteur, dans l’attente de juteux retours.

 

Comment investir dans l’eau ?

Il existe aujourd’hui pour les particuliers des banques et des entreprises permettant d’investir dans l’eau.

Côté entreprises, on retrouve Suez ou Veolia qui sont par leurs activités des acteurs majeurs du marché hydraulique. En effet ces deux groupes cumulent ensemble 19,1 milliards de dollars de chiffre d’affaires dans ce secteur.

Il existe également de nombreux fonds solidaires qui proposent l’investissement sur la thématique de  l’eau. Les caractéristiques de ses fonds sont disponibles sur le portail Novafi. On retrouve notamment le fonds BNP PARIBAS AQUA qui se concentre sur les pays émergent et particulièrement sur l’obsolescence des infrastructures de traitement et de distribution de l’eau.

En terme de benchmark, ce fond se positionne d’ailleurs au dessus de l’indice de référence MSCI World en terme de performance.

Le Crédit Agricole Asset management, avec son fonds Eau (produit Aqua Global), investit lui aussi dans cette activité. RobecoSAM SUSTAINABLE WATER FUND concentre  lui les deux tiers de ses actifs dans des actions d’entreprises du monde entier ayant un lien avec la chaîne de valeur hydraulique.

Le fonds PICTET WATER, le plus ancien du secteur avec un lancement en 2000, continue de miser sur les actions en relation avec le secteur de l’eau et  les deux grands groupes français Suez et Veolia font d’ailleurs parties des dix premières positions du fonds. Ce fonds affiche des résultats trois fois supérieurs au MSCI World. En effet depuis sa création sa performance est de 185,56% quand les actions mondiales plafonnent à 56,38%.

Colloque international de l’eau

Le colloque international de l’eau se tiendra à Marseille en mai 2017 sur le thème de «  Préservons l’eau : quelles solutions pour la gestions durable des services d’eau ? »

Trois axes principaux seront passés en revu :

–       Amélioration des performances de la gestion des ressources d’eau

–       Solutions innovantes d’atténuation et d’adaptation au dérèglement climatique

–       Expériences réussies de coopération internationale et d’aide au développement.

Il faut dès maintenant mettre en place un système de préservation de nos ressources naturelles avant d’arriver à un point de non retour.


Pour en savoir plus, retrouvez nos produits en rapport avec l’accès à l’eau.

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.