Retour

Distinguer les différentes parts d’un fonds

NOVAFI recense près de 400 fonds ISR dans son comparateur pour vous aider à accéder à des investissements éthiques qui vous correspondent : vous pouvez par exemple sélectionner un fonds en fonction de sa thématique ou des produits financiers qui le compose (actions, obligations, fonds mixte).

Cependant, le choix d’investissement peut se compliquer car chacun de ses fonds a souvent plusieurs parts. Parts C, D, P ou I : il est parfois difficile de s’y retrouver et de faire un choix. Nous vous proposons cette fiche pratique pour clarifier ces différentes catégories.


Des parts de capitalisation/distribution : les parts C et D


La grande majorité des fonds propose deux types de parts : les parts dites de capitalisation (part C ou Acc pour « Accumulation ») et les parts de distribution (part D ou Inc pour « Income »). Les revenus générés par les titres en portefeuille (produit d’intérêt, dividendes) sont traités différemment dans chacun des cas.

Pour les parts C ou “capitalisation”, ces gains sont réinvestis directement dans le fonds, ce qui augmente le potentiel d’appréciation future du placement, un choix adapté pour les investisseurs cherchant à réaliser une plus-value à long terme.

Pour les parts D ou “distribution”, les revenus sont redistribués périodiquement aux porteurs de parts. Ces parts sont donc destinées aux investisseurs qui souhaitent tirer une rente régulière de leurs placements.


Des parts différenciées selon le profil d’investisseur : les parts P et I


La classification des parts peut également correspondre à une catégorie d’investisseur. Les parts destinées aux particuliers sont souvent appelées P ou R pour « retail » et celles destinées aux investisseurs institutionnels sont dans la plupart des cas appelées I et ne sont accessibles qu’à partir d’un montant initial d’investissement élevé.

Les frais de ces différentes parts varient. Alors que les frais courants des parts institutionnelles sont souvent inférieurs à 1%, la facture est bien plus lourde pour les investisseurs particuliers, pouvant aller jusqu’à 2 ou 2,5% par an, en fonction de la classe d’actifs !


Les parts couvertes du risque de change : les parts H


De plus, depuis quelques années, de nouveaux types de parts sont apparus, compliquant encore la tâche des épargnants. La type de gestion de la part peut différer au sein d’un même fonds : par exemple, certaines parts peuvent être couvertes contre le risque de change (parts H ou “hedged”, avec le nom de la devise de couverture : EUR, USD, CHF…).

Prenons l’exemple d’un épargnant français qui souhaite investir dans un fonds d’actions chinoises. En choisissant la part H-EUR, un investisseur ne subira pas la contre-performance ou sur-performance éventuelle que le taux de change entre l’euro et le yuan pourrait avoir sur les titres chinois en portefeuille.

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.

Nous utilisons sur ce site certains cookies strictement nécessaires au fonctionnement du site, d'autres cookies permettant d'améliorer votre expérience sur notre site, ou qui nous sont utiles pour vous proposer de la publicité ciblée adaptée à vos centres d'intérêts ainsi qu'à réaliser des statistiques. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. En savoir plus

Accepter