Retour

Entretien avec Terre et Humanisme

Epargne solidaire | 11/11/2016

Terre et Humanisme: la transmission de l’agroécologie pour une agriculture respectueuse de l’environnement

 

Novafi participe à la semaine de la finance solidaire, en partenariat avec Finansol pour vous éclairer sur l’usage des fonds alloués à l’épargne solidaire. Nous publions chaque jour l’interview d’un bénéficiaire – associations, porteurs de projet, entreprise de l’économie sociale ou solidaire –  ou d’un acteur de la finance solidaire, situé en France ou dans les pays en développement.

Aujourd’hui nous allons à la rencontre de Terre et Humanisme, Lauréat des Grands Prix de la finance solidaire 2015 « activité écologique », afin de vous montrer comment votre épargne peut contribuer à la transmission de l’agroécologie, une éthique de vie et une approche technique à la fois qui prônent le respect de mère Nature.

1)     Pouvez-vous nous présenter Terre et Humanisme ?

L’association Terre et Humanisme a été créée en 1994. Elle a pour but de sensibiliser les populations à l’agroécologie, qui est notre cœur d’activité. L’agroécologie est une alternative agronomique qui aide les populations, notamment les paysans à atteindre la souveraineté alimentaire dans le respect de la terre nourricière ; c’est une éthique de vie et une approche technique à la fois. L’association Terre et Humanisme œuvre donc pour la transmission de l’agroécologie pour une autonomie alimentaire.

Nous déployons nos actions en France et à l’international depuis plus de 20 ans. Nous sommes présents dans 3 pays principalement en Afrique – Burkina Faso, Mali, Togo- et nous avons développé des partenariats au Niger et dans quelques pays satellites. Aussi, nous avons développé des partenariats pour assurer la formation des paysans ou de particuliers avec les pays du Pourtour méditerranéen (Maroc, Algérie, Tunisie, Grèce, etc).

2)     Quelles sont les principales actions que vous menez dans les régions où vous êtes actifs ?

Notre cœur d’activité est la formation. Nous formons des paysans, des professionnels, des personnes qui veulent se mettre à l’agroécologie. Nous leur apprenons avec une démarche humaine les techniques d’agroécologie, nous leur aidons à comprendre les différents écosystèmes, l’importance des insectes dans l’agriculture et comment parvenir à travailler avec eux, etc. Il s’agit donc de les former à une nouvelle forme d’agriculture respectueuse de l’environnement avec comme principe la limitation de la surface sur laquelle cultiver pour éviter le gaspillage. Nous leur apprenons les mécanismes naturels qu’ils ont oubliés et leur fonctionnement afin de promouvoir le développement d’une nouvelle forme d’agriculture plus respectueuse de la terre, de l’écosystème et qui participe à la biodiversité.

3)     Comment collectez-vous les fonds nécessaires pour le financement de projets de formation ?

La finance solidaire joue un rôle très important dans la collecte de fonds pour financer les projets. En effet, en 2006, nous avons réussi à développer un partenariat avec le Crédit Coopératif. Ainsi, avec le livret Agir et la carte Agir, les épargnants peuvent soutenir la réalisation de projets de formation en France et à l’international. L’épargne solidaire représente la moitié de notre budget qui est de 1,2 millions d’euros. Toutefois, avec la baisse des taux d’intérêts il est nécessaire de trouver d’autres sources de financement.

En France nous avons mis en place un service de formation pour les particuliers qui veulent être en autonomie alimentaire tout en respectant l’environnement. Ensuite, un pôle d’expertise a été créé pour accompagner les porteurs de projets qui veulent mettre en place une offre axée sur le respect de l’environnement. Par exemple, un restaurateur a acheté un domaine pour pouvoir cultiver ses propres produits, en utilisant des techniques d’agroécologie. Pour ce faire, il a fait appel à Terre et Humanisme qui va diagnostiquer son domaine, voir comment le transformer en agroécologie. Ces prestations sont rémunérées et permettent de compléter une partie du budget.

Enfin, nous faisons des appels aux dons et diversifions nos sources de revenus en faisant appel à des fondations, etc.

4)     Quel est l’impact de votre activité ?

L’agroécologie permet le respect et la sauvegarde de la biodiversité et contribue à la lutte contre la désertification et l’érosion. C’est une alternative peu coûteuse qui promeut la relocalisation de l’économie. Elle permet la production de produits de qualités, aide les populations à  avoir une certaine autonomie alimentaire.

Ainsi, notre activité a un impact sur le plan social, économique et écologique. En France comme à l’international, lorsque nous formons une personne, elle va créer une ferme ou un centre de formation où elle va accueillir d’autres personnes qui souhaitent se former à l’agroécologie. Par ailleurs, la biodiversité revient dans l’espace où l’agroécologie est pratiquée et les produits vendus localement contribuent au développement de l’économie locale en France ou à l’international.

5)     Quelles sont vos réalisations ?

En 2015, nous avons soutenus 40 projets portés par 14 partenaires à l’international et qui ont  eu un impact sur la sécurité alimentaire de 10 pays. Aussi, depuis 2007, 166 animateurs ont été formés par Terre et Humanisme et, sur les 166, 130 ont réussi à développer leur activité sur le territoire français ou à l’étranger. En 2015, un animateur a organisé  en moyenne 28 animations et a touché 330 personnes dont 75% d’adultes et 25% d’enfants. Ainsi, 200 000 individus ont été indirectement sensibilisés à l’agroécologie.

Par ailleurs, dans les zones sahéliennes, 152 groupements de paysans et villages ont été accompagnés depuis 2007 et 3800 familles ont été positivement impactées par nos actions. Nous diffusons donc de plus en plus les valeurs de l’agroécologie en France et à l’international.


Retrouvez:

 

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.