Retour

BNP Paribas progresse dans le sens de la transition énergétique

« Mon point de vue de banquier, mais aussi d’ingénieur de formation, est que la transition énergétique est aujourd’hui l’autre nom du développement économique. » : voici les mots de Jean-Laurent Bonnafé, Administrateur Directeur général de BNP Paribas, mettant en avant le cœur-même de la récente décision de BNP Paribas. Le 11 Octobre 2017, la première banque européenne en termes d’actifs sous gestion a en effet annoncé une mesure phare en faveur du changement climatique et de l’intégration accrue des critères ESG : un réel tournant dans son business model. Qu’entendre par-là ?


BNP Paribas s’engage dans une voie sans précédent face au changement climatique


Afin d’engager son business model de façon complète dans la lutte contre le changement climatique, BNP Paribas cessera, à terme, toutes relations avec les acteurs majoritaires du secteur du gaz, du pétrole de schiste et du pétrole issu de sables bitumineux. Cette mesure concernera toutes les activités qui touchent de près ou de loin à ce secteur : aussi bien le transport (pipelines, terminaux LNG) que « l’exploration, la production, la distribution, le marketing ou le trading » selon le dernier communiqué de presse du groupe. De façon plus précise et chiffrée, cette décision concernera plus particulièrement l’arrêt du financement des projets majoritairement dédiés à ce type d’activité, soit :

  • Les entreprises spécialisées dont l’activité globale est dédiée à plus de 30% à ce type d’énergies fossiles.
  • Les entreprises se situant en amont de l’activité, cette décision dépendra du pourcentage des réserves d’énergies fossiles.
  • Les entreprises en aval, non spécialisées mais dont au minimum 30% de leur chiffre d’affaire résulte de cette activité.

(Source des données : BNP Paribas prend un virage sans précédent vers la transition énergétique, 12/10/2017, AGEFI)

Cependant, les nouvelles mesures en faveur de la transition énergétique prises par BNP Paribas ne s’arrêtent pas là. Ce tournant comprend aussi des mesures en faveur de l’arrêt du forage de gaz et de pétrole dans la région de l’Arctique : le groupe arrêtera de financer ces projets. En contrepartie, il « continuera à soutenir activement les clients du secteur de l’énergie engagés dans la transition énergétique » selon leur communiqué de presse.


Cette décision s’inscrit dans une démarche de long terme de la BNP


« Partenaire historique du secteur énergétique et acteur engagé dans la transition vers un monde plus durable, notre rôle de banque internationale est d’être un accélérateur de la transition énergétique et un acteur engagé dans la décarbonisation de l’économie. », déclare Jean-Laurent Bonnafé, Administrateur Directeur général de BNP Paribas.

La banque a donc pour objectif de devenir un précurseur et un acteur incontournable du passage de la finance traditionnelle vers une finance plus durable et plus verte. C’est dans cette optique que le groupe a progressivement mis en place différentes mesures afin de faciliter cette transition. Leur récente décision poursuit une stratégie de long terme mise en place par le groupe qui avait par exemple déjà arrêté de financer les activités relatives aux centrales à charbon. BNP Paribas a donc déjà introduit une multitude de mesures favorables au changement climatique dont l’impact sera visible très prochainement pour certaines décisions.

C’est ainsi qu’en 2020, la première mesure de BNP Paribas en faveur du changement climatique devrait atteindre son premier objectif : d’ici-là, la banque devra avoir financé des projets relatifs aux énergies renouvelables à hauteur de 15 milliards d’euros. Dans la même optique, la banque investit et continuera d’investir sur un horizon de 5 ans environ 100 millions d’euros dans des start-ups spécialisées dans la transition énergétique. Aujourd’hui : 4 investissements d’envergures ont été réalisés représentant environ 15 millions d’euros (Source des données : BNP Paribas s’engage contre les gaz et pétrole de schiste, 11/10/2017, La Tribune).

Pour ce qui est de l’utilisation des nouveaux mécanismes financiers liés à la finance verte, BNP Paribas est aussi un émetteur important sur le marché des obligations vertes. L’ouverture, début Septembre 2017, du récent fonds d’investissement socialement responsable : Parvest Green Bond en est l’exemple le plus probant. BNP Paribas lutte et s’impose petit-à-petit sur le marché des obligations vertes comme le rappelle Laurence Pessez, directrice RSE de BNP Paribas, au journal La Tribune : « Notre objectif, déjà, atteint, est de figurer dans le top 3 en matière d’arrangements d’obligations vertes en euro, ce qui correspond à notre part de marché naturelle. Depuis 2012, nous avons contribué à placer 8,8 milliards de Green Bonds. Sur le seul premier trimestre, nous sommes à 3,2 milliards de dollars, en hausse de 88%. Nous avons aussi émis notre propre obligation verte de 500 millions d’euros en décembre 2016, fléchée sur des investissements dans les énergies renouvelables » (Source des données : BNP Paribas s’engage contre les gaz et pétrole de schiste, 11/10/2017, La Tribune).

Enfin, outre le fait de prendre des décisions ayant un impact direct sur ses clients, le groupe lui-même se transforme : il ne s’agit plus seulement de financer des projets liés à la transition énergétique, il s’agit en plus pour BNP Paribas, de changer son mode de fonctionnement intrinsèque pour devenir irréprochable au niveau de la RSE et du fonctionnement de l’entreprise. Faisant déjà partie du groupe G100 (« Global 100 Most Sustainable Corporation in the World »), c’est le 1er Septembre 2017 qu’une direction spécifique de RSE a été mise en place pour compléter le travail de la responsable RSE. L’objectif ? Mieux prendre en compte, à tous les niveaux du groupe, les enjeux sociétaux et environnementaux.


BNP Paribas, soutenu par des acteurs du changement climatique


« C’est assez spectaculaire. Il n’y a pas d’équivalent dans d’autres banques. » : voici les mots utilisés par Anne-Catherine Husson-Traore, directrice générale de Novethic, pour commenter la récente décision de BNP Paribas d’arrêter de financer les projets liés au gaz, au pétrole de Schiste et au pétrole issu de sables bitumineux (Source : BNP Paribas prend un virage sans précédent vers la transition énergétique, 12/10/2017, AGEFI).

La décision de BNP Paribas a donc été reçue comme une véritable avancée pour ce qui est du changement climatique par les acteurs spécialisés. A terme, l’espoir se traduit donc en une volonté de responsabilisation des investisseurs et des entreprises pour qu’elles trouvent des moyens alternatifs aux énergies traditionnelles et au développement économique, qui jusque-là ont montré leurs limites. Les acteurs spécialisés appellent donc les autres banques à faire de même et suivre les traces de la BNP. Selon Lucie Pinson, chargée de campagne Finance Privée des Amis de la Terre France : « Malgré les zones d’ombre, nous saluons la direction suivie par la banque : l’urgence climatique requiert de renoncer à des pans toujours plus larges des énergies fossiles, et exclure les énergies fossiles non conventionnelles est bien l’étape suivante après les mesures déjà adoptées sur le charbon. Nous appelons désormais les autres banques françaises Crédit Agricole, Société générale et Natixis à suivre la voie tracée par BNP Paribas et à aller encore plus loin ! » (Source : Nouvelles mesures climat de BNP Paribas : un pas dans la bonne direction, 11/10/2017, Communiqué de presse Les Amis de la Terre).

En conséquence, ces nouvelles mesures vont de pair et commencent à mettre un terme aux nombreuses polémiques qu’il y a eu sur l’impact de l’exploitation des gaz, pétrole de schiste et pétrole issu de gaz bitumineux pour les populations amérindiennes : notamment le financement de l’oléoduc Dakota Access Pipeline (DAPL) et ses conséquences sur les tribus Sioux.


Grâce à cette récente décision, BNP Paribas est donc réellement en phase de devenir un acteur historique et incontournable de la transition énergétique dans le domaine de la finance. En plus d’être un acteur de la transition énergétique en favorisant les projets visant des énergies renouvelables, d’être un fort émetteur de green bond, BNP Paribas a à son actif de nombreux fonds d’investissement socialement responsable, labellisés par le Label Public ISR : découvrez-les grâce à notre comparateur de fonds.


Retrouvez le communiqué de presse du groupe concernant cette décision.

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.