Retour

Première émission obligataire en blockchain par Enerfip

Alors que la technologie Blockchain fait petit à petit son apparition au sein des établissements bancaires, le crowdfunding reste une partie de l’univers des financements où cette technologie n’est pas encore réellement exploitée. Cette situation a tendance à évoluer puisque des plateformes de financement participatif tentent de développer des solutions incorporant la technologie blockchain. Dernièrement, SmartAngels et BNP Paribas s’associaient pour avoir recours à cette technologie. Aujourd’hui, c’est Enerfip, la plateforme de crowdfunding spécialisée dans les projets d’énergie renouvelable qui lancer la première émission obligataire intégrant la technologie blockchain. Cette première à la fois en France et en Europe aura lieu dès ce mois de juillet 2016.

Quelle utilisation de la blockchain ?

Enerfip va donc avoir recours à cette technologie pour un projet déjà en cours de collecte sur leur site. L’émission via la blockchain se fera en parallèle des émissions classiques de la plateforme.  En effet, l’idée derrière cette première expérience est de s’assurer de la fiabilité de cette technologie appliquée au crowdfunding. La décision d’Enerfip fait suite à l’évolution réglementaire du secteur puisque dès octobre 2016, les plateformes ayant le statut de CIP (Conseiller en Investissement Participatif) pourront avoir recours aux mini-bons tout en utilisant la technologie blockchain. En tentant l’expérience dès juillet, Enerfip met toutes les chances de son côté pour être opérationnelle dès l’automne.

Enerfip ne compte pas prendre de risque pour cette expérience puisque l’application sera faite distinctement de la plateforme et ne reproduira aucun nom ou information personnelle concernant les investisseurs. Si Enerfip n’applique pas directement la technologie blockchain à son site enerfip.fr , elle a tout de même l’ambition à terme de lier la plateforme à l’application blockchain en assurant un transfert fiable et parfaitement sécurisé des informations. Enerfip ne se limite d’ailleurs pas à une simple expérimentation. En effet, la plateforme a de l’ambition à revendre puisqu’elle souhaite utiliser une blockchain « ouverte » à l’inverse de la plupart des acteurs du financement participatif. Cela signifie qu’Enerfip aura recours au protocole du BitCoin, seule véritable blockchain sécurisée et testée depuis plusieurs années. Enerfip procèdera d’ailleurs suivant un processus très proche d’Overstock qui a réalisé la première obligataire mondiale via blockchain pour un montant de 25 millions de dollars. C’est une manière pour la plateforme d’éviter de se lancer dans l’inconnu en suivant un chemin déjà tracé.

Les qualités de la Blockchain pour le crowdfunding

L’utilisation de la blockchain au sein du financement participatif permet aux utilisateurs des plateformes de bénéficier d’un système parfaitement sécurisé, aux coûts très faibles et surtout parfaitement transparent. Grâce à ses faibles coûts comparés à ceux du  système actuel d’émission obligataire, les entreprises, même les plus petites, pourront désormais avoir recours aux obligations pour se financer via les plateformes de crowdfunding. Un marché secondaire des obligations pourrait même voir le jour et ce en tout sécurité et transparence. Un tel marché rendrait ces obligations beaucoup plus liquides qu’elles ne peuvent l’être actuellement. Enfin la particularité de cette technologie reste qu’elle permet à tous les protagonistes de consulter à tout moment les registres et informations concernant les transactions. Cette transparence contraste fortement avec l’opacité encore importante du système actuel.

Tous ces avantages, Enerfip veut en faire profiter l’univers de la finance participative puisque la plateforme invite ses paires à se joindre à leur expérience. Elle souhaite même rassembler les autres plateformes autour de l’association France BlockTech dont elle est membre fondateur. Son choix d’une blockchain ouverte va dans ce sens puisqu’elle permet la création d’une véritable communauté d’utilisateurs. Novafi soutient fortement de telles initiatives car elles favorisent la transparence, l’inclusion et la fluidité dans un univers des financements qui en manque parfois cruellement. Il nous tarde désormais de voir la première émission de mini-bons sous blockchain en octobre 2016 !


Pour en savoir plus, retrouvez :

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.