Retour

Le bilan 2015 de l’ISR en France

Novethic et le FIR (Forum pour l’Investissement Responsable) viennent de publier leur rapport 2015 sur les chiffres de l’Investissement Socialement Responsable (ISR) en France. Il s’agit de l’ensemble des investissements gérés en intégrant non seulement les critères financiers mais aussi les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG).

Dans ce rapport, Novethic analyse le marché de l’ISR en classant les investissements selon trois niveaux d’impact : limité, significatif et très sélectif (ou « ISR de conviction »).

NovaFi vous livre les clés d’analyse et les principaux chiffres de ce rapport.

Forte croissance de l’ISR en 2015

Comme nous le pressentions dans notre article de mai, l’ISR a connu un fort engouement en 2015 dans la lignée de sa croissance continue depuis trois ans. En effet, les encours de l’ISR ont été de 746 milliards soit une hausse de 29% par rapport à l’année précédente.

^E41A6E213275400E328FA25CB964770326236F8BE72AC753A0^pimgpsh_fullsize_distrLa croissance de ces encours est largement portée par les assureurs qui ont participé à plus de 55% de cette hausse. Ils représentent désormais 465 milliards d’euros soit près de deux tiers de la totalité des encours ISR.

Par ailleurs, malgré l’importante progression de l’ISR dans l’épargne salariale (+ 15% en 2015), le marché de l’ISR est toujours monopolisé par les investisseurs institutionnels qui détiennent près de 90% des encours. Ils investissent majoritairement leurs encours sous forme d’obligations. Cette classe d’actif représente 75% des encours de l’ISR, suivi par les actions (20%), les 5% restants sont partagés entre les encours monétaires, immobiliers et les autres classes d’actifs.

^2E2B3B1929EA78D4F02D7820DDCC43E1CD3C7600B687397A55^pimgpsh_fullsize_distrA noter que les investissements thématiques connaissent également une forte hausse en 2015 notamment les financements verts qui ont été multipliés par cinq pour atteindre plus de 20 Mds d’euros (voir article sur la progression des financements verts).

Des démarches d’exclusion plus systématiques

La plus connue concerne les exclusions sectorielles d’entreprises qui représentaient 631 milliards d’euros en 2015 et concernaient principalement les secteurs de l’armement puis celui du tabac et de la pornographie ainsi que les jeux d’argent, l’alcool et le nucléaire. Ce constat confirme cette tendance initiée par le fonds souverain norvégien qui avait désinvesti de l’industrie du charbon en 2015. Elle se diffuse également en France comme nous vous l’indiquions dans notre dernier article sur le désinvestissement d’AXA de l’industrie du tabac.

Les exclusions normatives ont également augmenté de près de 34% pour atteindre 2 621 milliards d’euros. Ces exclusions concernent les entreprises qui ne respectent pas les normes et conventions internationales (voir article sur les différentes approches ISR).

Vers un « ISR de conviction » plus présent ?

Novethic constate également dans son rapport un intérêt croissant pour les stratégies d’investissement qui ont un impact très significatif sur la composition des portefeuilles, autrement appelées « ISR de conviction ».  Cette catégorie, qui représente 54 milliards d’euros en 2015, comprend les approches ESG selon la sélection « best in class » et celle « best in universe ». Concrètement, elle regroupe les approches qui écartent plus de 25% des titres d’entreprises ainsi que les investissements thématiques.

Dans ce type d’approche, les investisseurs particuliers sont davantage présents que dans le reste de l’ISR puisqu’ils représentent 23% des encours contre moins de 10% pour les autres approches.

Par ailleurs, plus de la moitié des sociétés de gestion pratiquant l’ISR ont adopté cette approche en 2015 sachant que, 14 de ces sociétés sur 29, y consacrent plus de 90% de leurs encours.

Cependant, l’ISR de conviction
est toujours largement minoritaire puisqu’il représente moins de 10% de l’ensemble des encours de l’ISR alors que l’impact dit « limité » représente 542 milliards d’euros et l’impact dit « significatif » représente 150 milliards d’euros.


Pour en savoir plus, retrouvez:

  • Notre article sur le désinvestissement d’AXA dans l’industrie du tabac
  • Notre article sur comment choisir son placement ISR
Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.