Retour

Quelles assurances pour le crowdfunding ?

Les plateformes de crowdfunding offrent de plus en plus de services et de garanties afin d’encourager les épargnants à investir dans le financement participatif. Un des services les plus courants concerne l’assurance-prêteur qui couvre l’épargnant contre un éventuel dépôt de bilan des entreprises financées ou d’autres risques liés à tous types d’investissements. 

Avant d’investir dans le crowdfunding, vous vous demandez peut être quelles sont vos garanties en cas de problème ou de non-remboursement du porteur de projet ?

NovaFi vous aide à y voir plus clair dans les offres d’assurances que proposent les plateformes de crowdfunding.

Des partenariats entre les plateformes et les sociétés d’assurance

Les principales plateformes de crowdfunding ont des partenariats avec des compagnies d’assurance. Cela permet de crédibiliser davantage l’activité de crowdlending et de rassurer les prêteurs potentiels.

Par exemple, Allianz s’est associé à Smartangels afin d’assurer ses clients lorsqu’ils investissent dans un projet de la plateforme. Allianz s’engage également à investir la même somme que ses clients ; concrètement, si vous investissez 1000€ dans un projet, Allianz vous suit et investit aussi 1000€ dans la limite de 50 000€.

La plateforme Finsquare, qui a été récemment rachetée par Lendix, dispose d’un partenariat avec la société de courtage Gras Savoye et avec l’assureur Gan ; ce qui offre une protection supplémentaire aux investisseurs. Elle est prise en charge par Finsquare pendant les 6 premiers mois du prêt.

Par ailleurs, la société Particeep qui est un éditeur de plateforme de crowdfunding, propose également des solutions d’assurances à ses clients. Grâce à un partenariat avec AXA, Particeep permet aux plateformes de crowdfunding de proposer aux investisseurs d’être couverts contre les principaux risques inhérents à un prêt en financement participatif.

Les garanties pour le prêteur

Les principales garanties offertes par ces assurances concernent deux risques principaux : le risque de décès du porteur de projet et le risque de redressement ou liquidation judiciaire.

La première garantie permet aux prêteurs d’être remboursés en cas de problème survenant au porteur de projet (décès ou perte irréversible d’autonomie). Ce remboursement peut être total ou partiel selon le type d’assurance, et couvre également  l’entreprise qui devra rembourser le capital aux investisseurs. C’est une des garanties les plus courantes dans le crowdfunding.

La garantie redressement ou liquidation judiciaire couvre l’épargnant contre le risque de faillite de l’emprunteur et permet surtout d’être remboursé en cas de mauvaise gestion ou de fraude de la part de l’entreprise.

Toutes ces garanties sont généralement souscrites directement par l’entreprise ou le porteur de projet qui demande le prêt. Pour l’épargnant, ce service est la plupart du temps gratuit et il en bénéficie automatiquement. Il n’est donc pas conseillé de prendre une assurance complémentaire qui ne ferait que réduire le rendement de votre investissement en n’ajoutant aucune couverture supplémentaire.

Des avantages fiscaux en guise d’assurance

L’Etat a également mis en place des avantages fiscaux pour les investisseurs. En effet, depuis le 1er janvier 2016, vous pouvez bénéficier d’une niche fiscale qui permet de déduire de votre impôt sur le revenu les éventuelles pertes en capital liées à un non-remboursement du prêt. Cette mesure a été mise en place par le gouvernement afin de rendre plus attractif le financement participatif.
La multiplication de ces protections tend à faciliter et à rendre plus systématique le recours au financement participatif pour les porteurs de projets comme pour les épargnants. Cette démocratisation du crowdfunding est appelée de tous ses vœux par le gouvernement qui est en train d’assouplir la réglementation sur ces nouveaux modes de financement.


Pour en savoir plus, retrouvez :

  • Notre article sur l’officialisation des minibons par le gouvernement
  • Notre article sur les rendements dans la nouvelle finance
Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on Twitter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.